François-Jérôme Aubert, directeur des affaires médicales, de la recherche et de l’innovation au CHU de Limoges vient de publier un ouvrage sur « Les relations entre directeur et médecin à l’hôpital public« . Fruit d’une enquête de terrain, il présente des résultats concrets et des préconisations pour un processus de décision plus efficace. Il a accordé un entretien pour le site internet de la MNH. Extraits.

Pourquoi avez-vous choisi d’écrire un livre sur les relations entre directeur et médecin à l’hôpital public ?

Cet ouvrage est une version allégée d’une thèse de doctorat en science politique de l’université de Bordeaux-Sciences Po Bordeaux, intitulée La décision à l’hôpital public : quelles relations entre directeurs et médecins que j’ai soutenue le 28 novembre 2014.

carte_postale_relation_directeur_medecin_0-1Lorsque vous décidez de partir sur une thèse, vous savez que vous allez consacrer plusieurs années de votre vie à ce projet. Je voulais donc choisir un sujet qui me paraît déterminant pour l’exercice de mon métier au quotidien. En effet, la décision à l’hôpital public est un processus complexe, qui donne lieu à de fréquentes modifications législatives et réglementaires. La qualité de la relation entre directeur et médecin est donc essentielle. C’est un enjeu majeur, non seulement pour l’efficacité des politiques publiques de santé, mais aussi dans certains cas pour la santé des patients.

Comment avez-vous mené cette enquête ?

J’ai réalisé près de 25 entretiens auprès de médecins et de directeurs généraux, directeurs adjoints, directeurs des soins et autres directions fonctionnelles dans des établissements publics mais aussi des cliniques privées lucratives et non lucratives. J’ai également complété mon regard en me renseignant sur des exemples de pays matures comme la Belgique, les Etats-Unis et des pays émergents comme l’Inde…

Aux Etats-Unis, 90% des hôpitaux et cliniques sont dirigés par des non-médecins, idem en Inde où l’on observe des modèles de petites cliniques privées qui se regroupent. Les évolutions repérées font d’ailleurs écho avec ce qu’il se passe en France aujourd’hui.

Selon vous la décision en situation de crise met à l’épreuve la qualité des relations entre directeur et médecins

On ne va pas se mentir, les intérêts des directeurs et ceux des médecins ne coïncident pas toujours….

La suite de cet entretien à lire sur le site de la MNH