Le Dr Olivier Michel est médecin au centre hospitalier de Bourges. Depuis des années, il préside la « Commission Médicale d’Etablissement », assemblée représentative des médecins de chaque hôpital. A ce titre, il travaille de façon très étroite avec le directeur d’hôpital

Pouvez-vous expliquer les relations de travail entre le médecin Président de la CME et le directeur de l’hôpital ? 

Les relations de travail entre le médecin Président de la CME et le
Directeur de l’hôpital sont l’élément moteur principal à une bonne marche
fonctionnelle et économique de l’établissement. Il s’agit d’un travail en
binôme absolument nécessaire pour mettre en route les projets, notamment le
projet médical. En tant que Président de la CME depuis plusieurs années,
j’ai toujours travaillé en binôme et en bonne intelligence avec trois
directeurs. La loi de la nouvelle gouvernance en 2002 a particulièrement
rapproché ces deux acteurs majeurs de l’hôpital. La loi HPST a confirmé ce
travail en binôme.

Comment a évolué l’image que vous vous faisiez de ce métier et des gens qui l’exercent ? 
L’image de ce métier et des gens qui l’exercent a évolué depuis la loi
de la nouvelle gouvernance qui a considérablement rapproché le Directeur et
le Président de la CME. Le travail en binôme m’a permis de connaître avec
plus de précisions le travail des Directeurs, la lourdeur de la tâche, le
poids des responsabilités, la très grande compétence. Nous avons pu pendant
ces années avoir un travail le plus constructif possible.

En quoi les directeurs d’hôpital que vous avez croisé vous ont le plus aidé dans vos fonctions de médecin et/ou de président de CME ? En quoi les DH pourraient-ils encore progresser selon vous ?
Les Directeurs que j’ai croisés ont toujours été à l’écoute du Président
de la CME. Ils ont su rendre des arbitrages intelligents plutôt que des
décisions arbitraires.