Après un parcours de psychologue, Philippe Banyols est devenu directeur d’hôpital. Il dirige un établissement de santé mentale dans le sud de la France, le CH de Thuir

Quand et pourquoi j’ai décidé de devenir directeur d’hôpital
Après quelques années d’exercice en tant que psychologue clinicien à l’hôpital, j’ai réalisé que ce qui m’intéressait vraiment c’était la conception de projets et l’accompagnement des équipes. Je ne voyais pas mon projet de devenir directeur comme une rupture mais comme une continuité dans mon parcours personnel. Et ceux qui dirigeaient l’hôpital dans lequel je travaillais m’ont donné envie et m’ont beaucoup soutenu.
Ce que j’apprécie le plus dans ce métier
Sans aucun doute, le travail en équipe. Equipe de direction, équipes médicales et soignantes. Je ne conçois pas le métier de directeur comme un exercice solitaire. La vie de chef d’établissement n’est pas un long fleuve tranquille. En équipe, on peut affronter n’importe quelle turbulence.
Un de mes dossiers emblématiques
L’implantation d’un PET SCANN à l’hôpital de Perpignan dans le cadre d’un groupement européen d’intérêt économique. Parce que c’était une immense avancée pour les patients du département. Parce que ce n’était pas gagné au départ, loin de là. Parce qu’il a fallu être imaginatif et aller chercher des partenaires à Barcelone. J’étais directeur des affaires médicales, on avait travaillé main dans la main avec ma collègue directrice des finances et le médecin qui portait le projet. Il avait fallu convaincre l’agence, les autorités sanitaires de Catalogne. Le secteur privé s’était engagé pour ce dossier qui était porté par l’hôpital public. J’en garde un excellent souvenir et je l’avoue, une grande fierté.